Accès gratuit
Numéro
Rev. Fr. Gest.
Volume 44, Numéro 276, octobre 2018
Le management des coopératives. Entre spécificités et renouveau
Page(s) 143 - 161
Section Dossier
DOI https://doi.org/10.3166/rfg.2018.00278
Publié en ligne 11 février 2019
  1. Allemand I. et Brullebaut B. (2010). « Comparaison des pratiques de gouvernance dans les banques françaises », Revue française de gestion, vol. 36, no 207, p. 15‐28. [CrossRef] [Google Scholar]
  2. Ashforth B. et Gibbs B. (1990). “The double-edge of organizational legitimation”, Organization Science, vol. 1, no 2, p. 177‐194. [CrossRef] [Google Scholar]
  3. Barbot G. (2010). « L’utilité sociale de la banque en question. Quelques réflexions pour l’après-crise », Vie & sciences de l’entreprise, vol. 3, no 185-186, p. 120‐147 [CrossRef] [Google Scholar]
  4. Ben Slimane F., Pallas V. et Rousselet E. (2017). « Les sociétaires des banques coopératives : quelle ubiquité ? Le cas des banques populaires », Management & Avenir, vol. 3, no 93, p. 121‐140. [CrossRef] [Google Scholar]
  5. Bitektine, A. (2011). “Toward a theory of social judgment of organizations: The case of legitimacy, reputation, and status”, Academy of Management Review, no 36, p. 151‐179. [CrossRef] [Google Scholar]
  6. Buisson M. (2008). « Légitimité et sciences de gestion : état des lieux et perspectives », Humanisme et Entreprise, vol. 4, no 289, p. 29‐57. [CrossRef] [Google Scholar]
  7. Cadiou C., Regnard Y., Rousseau A. et Morvan J. (2008). « Légitimité du gouvernement coopératif : les pratiques de légitimation du Crédit Mutuel », La gouvernance des entreprises coopératives, J. Munoz, M. R. Rubio, Y. Régnard, Presses Universitaires de Rennes, p. 35‐56. [Google Scholar]
  8. Caire G. (2010). « De la démocratie locale dans certaines banques coopératives », Revue internationale de l’économie sociale, no 316, p. 41‐57. [CrossRef] [Google Scholar]
  9. Caire G. et Nivoix S. (2012). « La démocratie sociétariale vue d’en bas. Observations sur des assemblées générales locales de banques coopératives », Revue française de gestion, vol. 38, no 220, p. 17‐30. [CrossRef] [Google Scholar]
  10. Collette C. et Pigé B. (2008) Économie sociale et solidaire : Gouvernance et contrôle, Dunod, Paris. [Google Scholar]
  11. Debenedetti A. et Philippe D. (2011). “Stratégie de communication environnementale et construction de légitimité. Le cas de PSA Peugeot Citroën », Décisions Marketing, no 61, janvier-mars, p. 67‐71. [Google Scholar]
  12. Deephouse D., Bundy J., Tost L. et Suchman M. (2017). “Organizational legitimacy: Six key questions”, The SAGE Handbook of Organizational Institutionalism, Greenwood R., Oliver C., Lawrence T., et Meyer, R. (éds.), 2nd Ed., Thousand Oaks CA: Sage. [Google Scholar]
  13. EACB (2007). 60 Million Members in co-Operative Banks. What Does it Mean?, European Association of Cooperative Banks. [Google Scholar]
  14. Egarus D. et Roger P. (2016). « Sociétaire d’une banque coopérative : décision financière ou décision éthique ? », Finance, Contrôle, Stratégie, p. 19‐24 [Google Scholar]
  15. Esrock S.L. et Leichty G. (2000). “Organization of corporate web pages: Publics and functions”, Public Relations Review, vol. 27, p. 327‐344. [CrossRef] [Google Scholar]
  16. Gianfaldoni P., Richez-Battesti N. et Alcaras J. (2011). « Quelle inscription des banques coopératives dans les territoires ? Une illustration à travers leurs relations avec les associations », L’économie sociale et solidaire : nouvelles pratiques et dynamiques territoriales, E. Flahault, H. Noguès, N. Schieb-Bienfait (dir.), Presses universitaires de Rennes, coll. « Économie et société ». [Google Scholar]
  17. Gianfaldoni P., Jardat R. et Hiez D. (2012). « La spécificité démocratique des coopératives bancaires françaises », La revue des sciences de gestion, vol. 258, no 6, p. 59‐67. [CrossRef] [Google Scholar]
  18. Girard C. et Sobczak A. (2010). « Pour une cartographie des parties prenantes fondée sur leur engagement : une application aux sociétaires d’une banque mutualiste française », Management & Avenir, vol. 3, no 33, p. 157‐174. [CrossRef] [Google Scholar]
  19. Golant B. et Sillince J. (2007). “The constitution of organizational legitimacy: A narrative perspective”, Organization Studies, vol. 28, no 8, p. 1149‐1167. [CrossRef] [Google Scholar]
  20. Gurtner E., Jaeger M. et Ory J. (2008). « Les innovations organisationnelles dans les groupes coopératifs bancaires : soumission ou résistance à la norme de la valeur actionnariale ? », Revue française de gestion, vol. 34, no 190, p. 15‐30. [Google Scholar]
  21. Lapoutte, A. et Cadiou C. (2014). « Gouvernance et entreprise mutualiste : la légitimité en question », Recherches en Sciences de Gestion, vol. 101, no 2, p. 175‐194. [Google Scholar]
  22. Malherbe D. (2008). « L’éthique dans le management des entreprises mutualistes : questions de gouvernance et de légitimité », Management & Avenir, no 20, p. 147‐178 [CrossRef] [Google Scholar]
  23. Marsal C. (2012). « Voyage au cœur de la gouvernance mutualiste : le cas d’une banque française », La revue des sciences de gestion, no 258, p. 83‐92. [CrossRef] [Google Scholar]
  24. Menassa E. et Brodhäcker M. (2017). « The type and quantity of corporate social disclosures of German ‘Universal’ banks” », Journal of Management & Governance, vol. 21, no 1, p. 119‐143. [CrossRef] [Google Scholar]
  25. Meyer, J. et Scott W. (1983). «Centralization and the legitimacy problems of local government», Organizational environments: Ritual and rationality, J. W. Meyer et W. R. Scott (Eds.), Sage, Beverly Hills, CA, p. 199‐215. [Google Scholar]
  26. Michel S. (2015). « Les mécanismes à l’origine de la reconstruction de la légitimité. Le cas d’un grossiste en fruits et légumes », Revue française de gestion, vol. 41, no 248, p. 171‐185. [CrossRef] [Google Scholar]
  27. Ory J.N, Jaeger M. et Gurtner E. (2006). « La banque à forme coopérative peut-elle soutenir durablement la compétition avec la banque SA ? », Finance Contrôle Stratégie, vol. 9, no 2, juin, p. 121‐157. [Google Scholar]
  28. Regnard Y. (2015). « La place des sociétaires dans la gouvernance des réseaux bancaires coopératifs », Congrès IAE France, 10-12 juin, Rennes. [Google Scholar]
  29. Reynaud E. et Walas A. (2015). « Discours sur la RSE dans le processus de légitimation de la banque », Revue française de gestion, vol. 41, no 248, p. 187‐209. [CrossRef] [Google Scholar]
  30. Richez-Battesti N. et Gianfaldoni P. (2006). Les banques coopératives en France : Le défi de la performance et de la solidarité, L’Harmattan, Paris. [Google Scholar]
  31. Richez-Battesti N. (2008). « Entre banalisation et reconquête de l’identité coopérative : le cas des banques coopératives en France », La gouvernance des entreprises coopératives, J. Munoz, M. R. Rubio, Y. Régnard. Presses Universitaires de Rennes, p. 75‐90. [Google Scholar]
  32. Sillince J. et Brown A. (2009). “Multiple organizational identities and legitimacy: The rhetoric of police websites”, Human Relations, vol. 62, p. 1829‐1856. [CrossRef] [Google Scholar]
  33. Suchman M.C. (1995). “Managing legitimacy: Strategic and institutional approaches”, Academy of Management Review, vol. 20, no 3, p. 571‐610. [CrossRef] [Google Scholar]
  34. Yin R. (2014). Case Study Research: Design and Methods, 5th Ed, Sage, Thousand Oaks, CA. [Google Scholar]

Les statistiques affichées correspondent au cumul d'une part des vues des résumés de l'article et d'autre part des vues et téléchargements de l'article plein-texte (PDF, Full-HTML, ePub... selon les formats disponibles) sur la platefome Vision4Press.

Les statistiques sont disponibles avec un délai de 48 à 96 heures et sont mises à jour quotidiennement en semaine.

Le chargement des statistiques peut être long.